Bonjour à vous!

Bonjour à vous, J’espère que vous allez bien, et que chaque jour vous apporte une petite douceur.

Durant cette période d’incertitude, même si je vis des périodes de découragement, je reconnais que je suis très choyée. Aujourd’hui, j’ai envie de prendre quelques instants pour envoyer des pensées positives à quelqu’un d’autre. Plus que jamais, il faut prendre soin les uns des autres et faire preuve de bienveillance. Alors, je m’adresse à vous qui lisez cette lettre, et je vous envoie un gros câlin d’amitié et de solidarité.

J’espère que les gens autour de vous sont aimables et rassurants. Peut-être avez-vous de la famille et des amis qui vous contactent régulièrement et avec qui vous avez de beaux échanges. Je l’espère fortement.

De mon côté, je suis professeure en sciences infirmières à l’université de Sherbrooke. Je m’intéresse principalement à la santé mentale et à l’approche familiale. En plus de la rigueur professionnelle, j’essaie de transmettre à mes étudiants l’amour de l’autre, l’empathie et l’acceptation inconditionnelle. Ce sont des valeurs qui sont très importantes pour moi en tant qu’infirmière, mais aussi comme citoyenne. J’espère que les personnes qui prennent soin de vous portent également ces valeurs et que vous vous sentez écoutée par elles.

À cause de la pandémie, nous enseignons principalement de la maison. Cela fait que nous sommes plus en sécurité, mais cela provoque aussi de l’isolement pour les enseignants et les étudiants. Déjà sensible aux enjeux liés à la solitude pouvant être vécue par certains aînés, cela nous fait réaliser encore plus à quel point certaines personnes peuvent souffrir d’isolement. Cela me touche et je me sens bien impuissante. En vous écrivant, même si cela peut paraître anodin, j’essaie de faire un petit quelque chose pour m’impliquer dans la communauté et faire du bien à une personne qui pourrait se sentir seule.

Dans ma vie personnelle, je suis en relation avec un homme extraordinaire. Nous sommes en train d’acheter un petit triplex pour nous y installer. Nous prévoyons offrir un des appartements à la mère de mon conjoint qui a 74 ans et qui vit seule, dans le but de resserrer les liens familiaux et pouvoir la soutenir si elle a des problèmes. Cet immeuble est situé dans un quartier tranquille à proximité des commerces qui sont facilement accessibles à pied. Nous sommes emballés de ce projet qui répond à nos valeurs sur plusieurs plans.

Ma dernière grand-mère, Rita, est décédée cette année à l’âge de 97 ans. C’était une femme avant-gardiste, débrouillarde, généreuse et qui avait le rire facile. Elle habitait tout près de mon école primaire et j’allais régulièrement chez elle pour dîner lorsque j’étais enfant. Elle m’accueillait toujours avec beaucoup de chaleur. Plus tard elle a déménagé en haut de chez ma sœur dans un quadruplex, dont ma sœur était propriétaire. Nous avons passé de nombreux après-midi à jouer au Scrabble et à boire du thé. Comme mon conjoint a déjà 3 enfants et que je suis déjà dans la mi- trentaine, je ne sais pas si j’aurai des enfants. Cependant, si jamais j’ai une fille je vais l’appeler Rita en l’honneur de ma grand-mère qui est pour moi un modèle d’accueil et de débrouillardise. J’espère que vous avez la chance d’être en contact avec des gens d’autres générations pour échanger et partager votre vécu.

J’en profite pour vous envoyer une photo de mon chat qui s’appelle Déjeuner. Ce nom fait habituellement bien rire mes amis. Je l’ai baptisé ainsi en m’inspirant du livre Le Matou d’Yves Beauchemin, roman que j’ai adoré! Ce chat offre une présence affectueuse et divertissante. J’espère que sa photo vous charmera!

J’espère que cette lettre aura su vous apporter un peu de douceur. Je vous souhaite une très belle journée!

Andrée-Anne

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.